Applications
Accueil
Inscription
Connexion
FULL KITE   |   ESSAIS - TESTS   |   VOYAGES   |   FOIL   |   VENTE DE GARAGE   |   LIENS UTILES
Imprimer   |   Inscription   |   Connexion
 

ESSAIS - TESTS   >>   Ozone Hyperlink V2 en taille 13m - un test sur 15 sorties

Ozone Hyperlink V2 en taille 13m - un test sur 15 sorties

Messagepar Kuujjuaqstyle » Lun 15 Fév 2021 09:10

Allo les riders,

Ma conjointe m’a offert, il à Noël 2019, un ensemble de kite et barre flambant neuf. Oui, je sais, je suis choyé, C’est un très beau cadeau ! Mais mon principale problème était de décider quoi acheter.

En fait, j’ai hésité tout l’hiver dernier car je voulais avoir un kite à caissons ouverts, à la fois performant, en tissu ultra-light, faisant soit 13, 14 ou 15 m avec une cinquième ligne. Ceux qui lisent mes revues de tests savent que je ride à Kuujjuaq, presque toujours seul, par des froids polaires jusqu’à -26 C au thermomètre auquel s’ajoute de « Fear factor » éolien. La fenêtre de survie dans un tel environnement est étroite et je compte sur la cinquième ligne pour me sauver les fesses en cas de pépin. Système de sécurité que je recommande à tous, surtout si vous ridez seul. Ne serait-ce que pour la facilité d’arrêter au terme d’une session ou lorsque que le vent s’adonne à forcir aux limites supérieures de l’aile.

Dans les tailles que je cherchais, il n’y avait rien à ma connaissance ayant les caractéristiques désirées jusqu’à ce qu’Ozone lance la Chrono EXP. Puis cherchant des références, je suis tombé sur un rider habitant dans le coin de Jackson Hole qui avait eu la chance de l’essayer durant quelques jours, me partageant par ailleurs un lien sur lequel il avait publié une revue sur cette aile. Puis, de fil en aiguille, me racontant comment il avait apprécié cette aile, il m’a dit qu’il avait aussi une Hyperlink V2 en taille 13m, qu’il aimait davantage en raison de la puissance et la maniabilité qu’il estimait supérieure. Et moi de lui répondre que c’est certainement une bonne aile mais elle n’a pas de 5ième ligne et c’est un kite à caissons étanches pour usage sur l’eau. C’est là qu’il m’a dit que la Hyperlink avait au contraire une cinquième ligne depuis la version V2 et que les entrées d’air étaient convertibles pour le Snow kite. Après quelques recherches supplémentaires, je décide de commander la Hyperlink et la barre Connect V4.

Cette aile finalement possède toutes les caractéristiques que je cherchais : Taille entre 13 et 15 m, tissu ultra-light, 5ième ligne avec le système re-ride que j’adore, et des manchons convertibles pour usage terrestre. Avec en bonus un sac de transport que j’anticipais être de grande qualité. J’ai déjà 3 ailes Ozone et la qualité des sacs fournis avec le kite à l’époque, sont à mon avis, supérieure à tout ce que j’ai vu sur le marché jusqu’à présent. Alors hop, j’appelle chez 30 Nœuds, ils en ont un en stock, de couleur noir. C’est parfait, je passe la commande avec livraison par la poste.

Quelques jours plus tard, je me présente au bureau de poste et un gros boite m’attend. Tout excité je ramène le colis à la maison et m’empresse de l’ouvrir. WOW pour un kite de 13 m, il prend vraiment pas beaucoup de place ! Le matériel ultra-light fait vraiment la job sur le volume plié. Je sors le tout du sac de plastique transparent de protection dans lequel il était, et petite déception : Ozone n’a pas gardé les mêmes sacs de transport que mes 3 autres ailes de même marque. C’est un sac de transport qui n’ouvre qu’à son sommet par une fermeture éclair. Il n’y a plus les sangles permettant de mettre ses skis de chaque côté, fort utiles dans la perspective que l’on ait à faire une marche d’approche en zone insuffisamment couverte de neige pour la franchir en ski, voire en escalade. Il n’y a plus de lucarne qui permettait d’y mettre un peu de matériel comme des peaux de phoque, une paire de mitaine de rechange, téléphone satellite etc. Bon, rien de terrible, au pire je j’irai chez MEC pour en acheter un à mon goût pour environ 150 à 200 $ !

Puis J’ouvre l’aile dans mon salon : qualité Ozone irréprochable sur toute la ligne, les 5 lignes sont déjà installées, il y a un petits sacs avec des « goodies » tels qu’un décapsuleur Ozone (!), des décalques, du tissus de couleur assortis en cas de réparation, une corde de trim de rechange et un bout de ligne d’environ 3 ou 4 mètres pour lequel je ne trouve pas d’utilité dans le manuel d’instruction venant avec le kite.

Pour ce qui est de la barre c’est le déclencheur qui reçoit tout mon intérêt. J’ai hâte de l’actionner et cliquer le chicken-loop pour le réamorcer. Clic, clac, ça fonctionne à merveille et m’amuse à refaire la manœuvre une bonne vingtaine de fois dans mon salon ! J’ai vraiment hâte d’essayer ça dans le neige et le froid. Le reste de la barre est de bonne facture et rien ne détonne a priori.

À Kuujjuaq, je kite depuis déjà le début Novembre 2020. Jusqu’à présent l’hiver a été particulièrement clément du point de vue chaleur. On a eu beaucoup de neige et … peu de vents très forts. Cette combinaison fait que les conditions sur le lac sont incroyablement belles avec une surface de neige molle, profonde, glissante et relativement plane. Alors qu’à l’ordinaire, le lac est une surface de neige hyper durcie, glissante comme du papier sablé # 100 et ayant la forme d’une mer de houle dont les vagues de neige durcie atteignent un mètre de haut avec présence à l’occasion des sastrugi de 2 pieds de long. Heureusement ces derniers sont toujours assez mous pour ne pas se casser les jambes en passant au travers sans les voir dans les cas où on s’élance malgré une visibilité marginale … Bref cette années on a de super conditions. En fait des condition idéales pour utiliser une aile de cette taille. Ça prend des vents relativement faibles. D’autant que l’hiver l’air est pas mal plus dense que l’été. Cette année, c’est ma voile qui est sortie le plus souvent. Je dois cumuler déjà une quinzaine de sorties juste avec cette aile.

Ma première sortie c’est résumée par un tour de char jusqu’au lac aller et retour avec un intermède d’une heure sur le lac au cours du j’ai tenté de décoller en vain. Le vent était pourtant en plein dans la plage idéale d’utilisation recommandée de 12-13 nœuds. Les lignes étaient en bonne position mais le kite restait cloué au sol et ne se gonflait pas.

De retour à la maison, J’ai relu le cahier d’instructions et y ai regardé minutieusement toutes les microscopiques photos, illustrant le montage des lignes et la séquence particulière à suivre pour passer de la configuration aquatique à terrestre. Je cherche, cherche encore, creuse, fouille et pourtant ne trouve rien. En désespoir de cause, j’appelle chez 30 nœuds mais la personne qui connaît ce modèle de kite n’est pas là et les autres ne peuvent pas m’aider à ce niveau. Piteux, je retourne à mon manuel d’instructions et me rappelle le petit bout de ligne « inutile » qu’il y avait dans le sac de « goodies ». Puis me casse à tête à imaginer en quoi, il est peut-être plus utile que je ne le pensais au départ et comment je pourrais éventuellement l’installer. J’en arrive à la conclusion que ç’est possiblement un bout de 5ième ligne qui n’a pas été installée. Faire cette opération dans mon salon est impossible par manque de place. Ça va aller à ma prochaine sortie au lac.

Quelques jours plus tard, l’occasion se présente. La retraite, ça aide à être disponible quand le vent est bon ! J’arrive au lac, défait ma cinquième ligne puis tente d’y rabouter le petit bout « inutile ». Heureusement pour mes doigts, on est en début de saison et le grand froid n’est pas encore installé. Après quelques essais, nécessitant de défaire la boucle sur laquelle on attache le leach au trim et après avoir complètement défaufilé le trim … je remonte le tout. Pas que ce soit bien compliqué, mais il faut être très attentif et avoir une bonne visualisation dans l’espace, sinon il faut recommencer à quelques reprises … ce qui fût mon cas ! Bref, le petit bout « inutile » est installé et je peux tenter un décollage. Je suis un brin nerveux car le manuel d’instruction est muet au sujet de ce petit bout « inutile ». Je n’ai pas la certitude que c’est la bonne manière d’installer le tout et le vent est tout de même dans la plage moyenne. Et une 13 m, par expérience, je sais que ça peut nous mettre dans le trouble dans relativement peu de vent. J’aimerais pas que la 5ième ligne fonctionne mal par ce temps pour un premier vol.

Toujours est-il que je me lance après avoir bien testé que mon déclencheur fonctionne à cette température. Tout est beau de ce côté ! Je tire sur les avants et ça décolle, l’aile se gonfle dans sa portion centrale, mais les oreilles restent pliées et ne gonflent pas. Je tente quelques manœuvres et ça flacotte, les oreilles refusant de s’emplir d’air. Puis j’actionne le frein. En descendant vers le sol, la pression augmente dans les caissons et les oreilles se déplient enfin. Jusqu’à ce jour, j’estime que c’est un kite qui ne se gonfle pas très facilement dans sa configuration terrestre du moins. Il n’y a que 5 entrées d’air, dont trois côte-à-côte, au centre du bord d’attaque l’aile et 1 de chaque côté au 1/3 environ. Quand les manchons (les valves) sont roulés et retenus par des velcro, l’air peut s’échapper par les entrées d’air lorsqu’on actionne le frein. En configuration aquatique je devine que les valves permettent au kite de se gonfler avec plus de fluidité comme c’est le cas pour ma Conceptaire Pulsion18m en empêchant l’air de s’en échapper.

Une fois en l’air et correctement gonflée, l’aile monte tranquillement au zénith et y reste très stable. En test statique, les manœuvres sont fluides, relativement rapides pour une aile à caissons de cette taille. Les loops et les huit sont eux aussi suffisamment serrés pour éviter les crashs … pour peu qu’on soit un pilote suffisamment expérimenté, ce que je suis heureusement ! Je termine mon essai statique en actionnant la 5ième ligne. Bingo, l’accordéon se ferme et le kite tombe au sol.

Je ré-enclenche le chicken-loop. Ça fonctionne vraiment aussi bien que ce à quoi je m’attendais. Je tire un peu sur mes lignes et rebelotte ça décolle. Je taponne un brin pour déplier les oreilles et on est en affaire. La prise en main, une fois cette question de petit bout de lignes « inutiles » installée au bon endroit et une fois passées le gonflage adéquat des oreilles, se fait très bien. Une fois sur mes skis, je décolle. Ça tire vraiment fort, mais d’une belle façon, sans coups de collier.

La pression sur a barre est à mon sens très élevée. Je dirais même désagréable. Ma dernière acquisition chez Ozone est une Sub-zéro 11m achetée il y a 3 ans. Je m’attendais à une pression de même ordre c’est-à-dire, très faible. C’est tout le contraire : La Hyperlink est une voile pour adeptes des « chest-bras » au gym quand il vente pas ! La course du trim est particulièrement courte en comparaison avec toute les voiles que je possède. Ça fait drôle d’avoir aussi peu long d’ajustement. En même temps, le trim est très efficace. Cette voile offre une très belle plage de vent et un comportement qui demeure rassurant en plage maximum. Je me demande d’ailleurs si le peu de course sur le trim explique en partie la pression en barre élevée.

Les sauts sont faciles à faire. La voile accélère rapidement en fin de course ce qui a pour effet de donner de beaux gains d’altitude et des temps de vols considérables. J’aime beaucoup la remontée au près que j’estime très performante dans la plage moyenne de vent. En plage basse et limite haute je dois bûcher. Pour le reste, la descente au vent est adéquate et moins performante que mes 2 ailes monopeau (Gin Shaman V3 et Flysurfer Peak IV).

Contrairement au commentaire du collègue « Flipper 360 » dans sa revue de la Hyperlink V2 en taille 11 m, je n’ai pas trouvé que ma 13 m décrochait facilement. Pour ma part, je ne pilote que des caissons depuis quelques années, alors que lui mentionne surtout voler des LEI.

L’allongement de cette aile (aspect-ratio) est dans la gamme des kites à caissons haute-performance, c’est-à-dire assez élevé. En général, plus l’allongement est élevé, plus la performance augmente et plus le comportement du kite exige de la compétence du kiter. Un trait caractéristique des ailes à l’allongement élevé est une tendance à faire des cravates. Lorsqu’un tel twist se produit, le kite devient très difficile à contrôler et peut entrer dans un très dangereux spin infernal produisant beaucoup de traction. Une cinquième ligne est alors très pertinente pour tuer la traction folle qu’induit un spin. En quinze sorties, je n’ai fait qu’une seule cravate et j’ai réussi à mettre le kite au sol sans avoir à actionner la 5ième ligne. Il est certain que je me considère comme un pilote expérimenté.

Le kite a une belle plage de fonctionnement. Ozone indique une plage moyenne entre 8 et 13 nœuds et une plage maxi autour de 17 noeuds. Je pèse 100 kg avec tout mon équipement et en bas de 8 ça avance pas vraiment, par contre, le kite continue de se comporter comme un as même dans des pointes à 20 nœuds. Idéalement je cherche à rester dans la plage jusqu’à 16-17 nœuds pour la sécurité et le confort.

La qualité de la barre est globalement très bonne. Ozone n’a pas amélioré les élastiques situés à chaque bout pour retenir les ligne en place pour le transport : Ils ne sont pas adaptés au froid qu’on a ici, c’est-à-dire généralement sous les -15 C. Au lieu de se rétracter, et se retirer dans les petites cavités à chaque extrémités de la barre, ils restent étirés dans toutes leurs splendeurs, s’accrochant au passage à toutes les protubérances de votre équipement avec lesquels ils entrent en contact. Autre désagrément, au moment de rouler vos lignes, ils ont tendance à venir se coincer solidement sous celles-ci à mesure qu’on les enroule, ce qui m’empêche alors de m’en servir pour garder mes lignes en place lors du transport. Les élastiques sur mes barres Gin et Flysurfer demeurent souples jusqu’à -26 C. Concernant le déclencheur automatique, j’en vérifie le fonctionnement à toute les sorties, sans exception. Je recommande cette pratique d’autant qu’aujourd’hui, le mécanisme était gelé et que j’ai dû batailler un brin pour qu’il ouvre. Ce fut un brin également plus difficile à réarmer qu’à l’accoutumé mais sans plus. Notez que mes kites passent l’hiver dehors dans la valise de mon véhicule et que c’était la première occurrence de givrage du déclencheur en 15 sorties.

Pour ce qui est du sac, je suis vraiment déçu. Le tissu ultra mince s’est déjà déchiré en « L » sur près de 8 cm . Pour un kite de ce prix, j’estime que ce sac n’offre pas une protection adéquate. On a beau vouloir être léger, la balance des inconvénients ne fait pas le poids d’autant qu’un des chariots de zipper n’a pas tenu le coup et m’est resté dans les mains ce matin. Par grand froid les kites sont toujours plus raides au moment de les plier et prennent aussi beaucoup plus d’espace. Quand vient le temps de le réintroduire dans le sac, la trop petite ouverture zippé au somment n’offre pas de place suffisante pour faire la manœuvre aisément, surtout si on est complètement frigorifié. Dans les versions précédentes, le sac était fait en Dacron épais, comme sur les vrais sacs-à-dos d’expédition. Donc plus solide et plus à même de protéger le kite. Il y avait aussi une fermeture éclair qui permettait d’ouvrir le sac sur presque toute sa longueur en partant de l’ouverture au sommet du sac. On pouvait presque y déposer le kite dedans et refermer la zip sans avoir à finasser pour réussir à y insérer un kite plus volumineux et rigidifié par le froid. Il y avait aussi des boucles de chaque côté permettant d’y attacher ses skis, une pelle d’avalanche etc. La précieuse lucarne a aussi disparue sur le nouveau sac.

En conclusion, j’adore le comportement en vol de ce Kite. J’estime que le gonflage est délicat en configuration terrestre. J’espère que le matériel ultra-light du kite sera plus solide et durable que celui du sac de transport. Le représentant de 30 Nœuds m’a confirmé qu’ils avaient fait un oubli à l’assemblage de la 5ième ligne. Au global, je recommande ce kite pour les rider expérimentés qui ont de bons budgets ! C’est vraiment un jouet d’hiver superbe pour le low wind au point que ma 18 m sort beaucoup moins souvent.

Bons vols !
Conceptaire Pulsion 18
Ozone Hyperlink V2, 13m
Ozone Blizzard/Sub zero 11m
Flysurfer Peak IV 8m
Gin Shaman V3, 6m
Ozone Frenzy 5m
Ozone Access 4m
HQ 3m
Avatar
Kuujjuaqstyle
 
Messages: 46
Inscrit le: Sam 17 Fév 2018 08:11

Re: Ozone Hyperlink V2 en taille 13m - un test sur 15 sortie

Messagepar Reset » Lun 15 Fév 2021 11:28

Pour information, je ride ma HL V1 principalement en mode "eau" soit avec les prises d'airs étanches même l'hiver.

Meilleur gonflage, plus stable dans les déventes/rafales et lorsque les lignes perdent de la tension. Peut-être à essayer en plage basse ou moyenne, mais je ne connais pas l'impact sur le système re-ride et la 5e ligne...
Avatar de l’utilisateur
Reset
 
Messages: 80
Inscrit le: Mer 06 Sep 2017 16:00

Re: Ozone Hyperlink V2 en taille 13m - un test sur 15 sortie

Messagepar Kuujjuaqstyle » Lun 15 Fév 2021 12:39

Merci, cela me confirme mon hypothèse que le gonflage est meilleur en mode aquatique. Comme tu le mentionnes, le système re-ride qu'actionne la 5ième ligne est prévu pour fonctionner uniquement en mode terrestre. En mode aquatique, les caissons sont, à coup sûr, suffisamment étanches pour restreindre son action qui consiste à plier le kite en accordéon dans le sens de l'envergure.
Conceptaire Pulsion 18
Ozone Hyperlink V2, 13m
Ozone Blizzard/Sub zero 11m
Flysurfer Peak IV 8m
Gin Shaman V3, 6m
Ozone Frenzy 5m
Ozone Access 4m
HQ 3m
Avatar
Kuujjuaqstyle
 
Messages: 46
Inscrit le: Sam 17 Fév 2018 08:11

Re: Ozone Hyperlink V2 en taille 13m - un test sur 15 sortie

Messagepar slocummathioli » Mar 16 Fév 2021 14:37

Salut Kuujjuakstyle, je n’ai pas encore ton texte mais je te remercie déjà.
14..5 Ocean Rodéo lite, 12 OR Prodigy , 9.5m OR Prodigy , Cabrinha Swichblade 7m , HQ 3.5m
Avatar
slocummathioli
 
Messages: 81
Inscrit le: Dim 20 Déc 2015 10:53


Retour vers ESSAIS - TESTS

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 19 invité(s)